Accueil > Zones économiques spéciales : le gouvernement s’exécute

Zones économiques spéciales : le gouvernement s’exécute

24 juin 2021

« Après la présentation du programme du gouvernement par le Premier ministre à l’Assemblée nationale, il nous revient, membres du gouvernement, donc technicien, de mettre en œuvre toutes ces orientations. Le temps n’est plus aux discours. Nous allons échanger utilement pour traduire dans les faits tout ce qui est en notre pouvoir afin que le programme de société du président se réalise », a déclaré d’entrée de jeu le ministre en charge des Zones économiques spéciales (ZES). Dans le cadre du démarrage effectif des ZES, fer de lance de la diversification économique, l’implication effective du ministère du Plan dans la recherche, entre autres, des financements auprès des institutions financières et autres partenaires du Congo est de mise. Mais pas seulement. L’apport de ce ministère est non négligeable, puisqu’il intègre  dans son exercice l’élaboration et le suivi des programmes du gouvernement. « Nous rentrons dans les débats techniques, la ministre du Plan est à la manœuvre pour l’élaboration et le suivi de toutes les politiques publiques, de tous les programmes quinquennaux, triennaux, ou pluriannuels. Bientôt nous allons entrer dans les démarches pour adopter le nouveau PND. Le dernier arrivera à échéance en 2022 », a fait savoir le Ministre Emile OUOSSO. Au cours des échanges, les deux membres du gouvernement ont planché sur l’amélioration des performances dans la mise en œuvre et l’opérationnalisation des ZES au Congo. Aussi, pour résorber l’équilibre macroéconomique, la question de faire que la diversification économique se fasse de manière harmonieuse à travers tous les secteurs transversaux a été au centre des attentions. « Les enjeux de cette première réunion de travail au niveau des deux ministères ne seront que la première étape d’un long parcours. Nous devons donc travailler sur la base des orientations du projet de société du chef de l’Etat qui ont été traduites par un programme d’action exposé par le Premier ministre », a soutenu la ministre de l’Economie. Point d’orgue du Programme National de Développement, la mise en œuvre des quatre Zones économiques spéciales - Oyo-Ollombo (760 318 hectares), Pointe-Noire (environ 3 544 hectares) susceptibles de s’étendre, Ouesso (64 520 hectares), et Brazzaville (557.000 m2) – devrait créer des emplois directs et indirects mais aussi de nouveaux pôles urbains. Créé en 2010, le ministère des ZES est devenu opérationnel en 2016, grâce à l’élaboration d’un arsenal juridique et réglementaire qui compte une vingtaine de textes (lois et décrets), dont deux nouvelles lois du 21 janvier 2021. Les études de faisabilité des quatre ZES, qui ont chacune des spécificités, ont été réalisées par plusieurs cabinets conseil dont le français Egis International, le libanais Quantic LTD, le cabinet d’avocats d’affaires Gide Loyrette Nouel, l’américain Bain & Company et les singapouriens Jurong et Surbana. Reste à les concrétiser sur le terrain.