Accueil > Signature d’un accord pour la fourniture de l’électricité à partir du gaz

Signature d’un accord pour la fourniture de l’électricité à partir du gaz

03 avr 2019

Le document a été approuvé, le 25 mars à Brazzaville, par les parties congolaise et chinoise, et constitue une étape cruciale dans la construction de la Zone économique spéciale (ZES) de la ville océane.

La construction de nouvelles installations de production de l’électricité est considérée comme étant l’un des points essentiels dans le démarrage effectif du projet. La partie congolaise, représentée par les Ministres de l’Aménagement du territoire et des grands travaux, Jean-Jacques BOUYA, et des Zones Economiques Spéciales, Gilbert MOKOKI, et le président du conseil d’administration de la société Coidic, Zhou Chao, ont salué un progrès censé attirer les industriels.

Mais pour le dirigeant de l’entreprise chinoise, d’autres progrès restent à accomplir.  « Je suis très honoré d’avoir signé ce protocole d’accord avec la partie congolaise. Je peux dire que cela a été un grand progrès pour le projet et permet d’attirer les industriels dans la ZES. Nous avons encore d’énormes progrès à réaliser, notamment avec les ministres impliqués », a estimé Zhou Chao.

Les prochaines étapes, à en croire l’homme d’affaires chinois, concernent la réalisation des études d’impact environnemental; un nouvel accord en vue de la création de la société à capitaux mixtes censée assurer le financement des ZES et enfin le développement des projets connexes, avec la construction du port, de la centrale électrique et les infrastructures du gaz. En plus, « Le développement des ZES est très complexe et surtout la question de la mise à disponibilité des terres que nous allons examiner avec le gouvernement congolais », a-t-il insisté.

Les autorités congolaises sont plutôt satisfaites de cette avancée dans la réalisation de cet important projet du quinquennat du chef de l’Etat. Pour le Ministre de tutelle, Gilbert Mokoki, le travail sera fait étape par étape. « Le signal sera donné lorsque nous aurons commencé à faire les expropriations », a-t- il indiqué, ajoutant que les enquêtes parcellaires y compris les premières estimations du coût d’expropriations ont déjà pu être réalisées. Pour autant, les Congolais peuvent espérer que le projet de la ZES de Pointe-Noire se matérialise sur le terrain à partir de cette année, a assuré le ministre

Jean-Jacques Bouya. « La production de l’électricité est la clé du développement de la ZES. Le pays dispose des réserves intéressantes en gaz pour pouvoir apporter de l’électricité et des industries », a ajouté le ministre de l’Aménagement du territoire et des grands travaux.