Accueil > Gilbert Mokoki exhorte les Congolais formés en Chine à capitaliser les connaissances

Gilbert Mokoki exhorte les Congolais formés en Chine à capitaliser les connaissances

25 aoû 2018

Le ministre en charge des Zones économiques spéciales (ZES) a eu un échange, le 23 août à Brazzaville, avec un groupe de cadres congolais formés en Chine dans le cadre du projet de la ZES de Pointe-Noire.

Il les a exhortés à mettre en valeur les nouvelles connaissances acquises dans la perspective de développement de la future plateforme industrielle, logistique et portuaire de la capitale économique.

« Les ZES constituent les catalyseurs du développement de l’industrialisation», a déclaré le ministre Mokoki, citant quelques pays qui se sont développés grâce aux zones économiques spéciales notamment la Chine, la Corée du Sud et Singapour.

Le gouvernement congolais projette d’installer quatre ZES sur le territoire national dont l’une à Pointe-Noire, les trois autres à Brazzaville Oyo-Ollombo et Ouesso. Premier à mettre en place, le projet de la ZES de Pointe Noire est réalisé avec l’appui technique et financier de la Chine.

Dans le cadre de ce projet cher au gouvernement, la Chine a déjà procédé à la formation de trois groupes de cadres congolais appelés à évoluer dans la ZES de Pointe-Noire. Un quatrième groupe se trouve actuellement en territoire chinois.

 « J’espère que ces différents séminaires vous ont permis de vous former »,  a indiqué le ministre Mokoki, s’adressant aux participants à la troisième vague de formation.

« Nous avons une population composée en majorité de jeunes. Si nous faisons une simulation avec la Chine, il n’y aura pas raison que nous ne puissions pas travailler comme eux », a-t-il ajouté. Gilbert Mokoki a, en outre, invité ces séminaristes à s’imprégner des textes régissant la création, l’organisation et le fonctionnement des ZES en République du Congo.

Il a annoncé la mise en place prochaine d’une agence chargée de la planification des ZES.

La délégation de la troisième vague d’apprenants a été conduite par Albertin Ondongo qui a signifié que la plupart des ZES chinoises ont connu du succès malgré les difficultés de départ. « Nous avons touché du doigt la réalité chinoise en matière de développement des ZES », a-t-il renchéri .Notons que les cadres formés appartiennent aux administrations publiques (douane, impôt, commerce, industrie, etc.), concernées par le projet de la ZES de Pointe-Noire. La convention de développement de la ZES de Pointe-Noire sera signée entre le Congo et la Chine, en marge du forum sur la coopération sino-africaine qui se tiendra du 3 au 4 septembre prochain à Beijing. Cette ZES sera bâtie au bord de l’océan atlantique et devrait permettre de diversifier l’économie nationale dépendant encore des ressources du secteur pétrolier. Le projet favoriserait, selon le gouvernement, la création de quelque cent mille emplois directs et indirects.